Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bellevue-CDI

Bellevue-CDI

Un blog pour les élèves du collège Bellevue à Toulouse : critiques de livres, actualité littéraire, animations diverses Dossier Histoire des arts 3e

Publié le par prof-doc
Publié dans : #HISTOIRE DES ARTS 3E

LOOK Magazine - January 14, 1964

Cover - People at home.

- How we live : up in the city, down on the farm, out in the suburbs.
- How we live : in homes packed with pride, prejudice and love.
- Full page Colgate toothpaste ad, with Dental records, Colgate with Gardol.
- "The gap between the dream houses of the past and the reality of today has bred dissatisfaction."
- The "How we live" feature includes large color photos of the following homes : Whipple House (Ipswich, Massachusetts), red brick mansion (Berkeley, James River, Virginia), plantation house (Melrose, Natchez, Mississippi).
- Two page color artwork created by Norman Rockwell for LOOK magazine, "The problem we all live with", little black girl being escorted to school by U.S. Marshall, racism, discrimination, segregation.
- Their first house, Ralph and Gerd Switzer in Strathmore, New Jersey.
- Article about home mortgages that is even more interesting now in light of today's lending problems.
- Down on the farm, Dick and Margie Wimmler, Sheboygan county, Wisconsin.
- Theodore and Beverly Mason, blacks in a mixed community, Ludlow, Ohio (Cleveland, Shaker Heights), article includes Judy Mazoh, Janet Russell.
- Dream home on wheels, trailer parks, June and Fred Kaufman, Tahitian Terrace.
- John and Sandy Dienhart, living in the Marina City twin towers, Chicago.
- Ward Bennett's second home, country weekend house, with Shirley Ayers, Maxime de La Falaise and Ina Balke.
- Housefull of roommates : Diane Lyons, Linda Billings, Barbara Larkin and Jill Davidson in Georgetown.
- Charming photo essay "How to run a house" by a basset dog, Beau Gallant Rouge III, BGR III.
- Full page color Winston cigarettes ad with skiing art, the man (for once) is the one who has fallen.

 

 

Description et commentaire du tableau + L'illustration

« The Problem We All Live With » est une double-page publiée dans le magazine américain Look dans son édition du 14 janvier 1964.

Look = bi-mensuel à très fort tirage ; 1937-1971 ; contenu plutôt orienté photographies qu'articles ; dimension du magazine : 11*14 (27,5 * 35 cm)

La peinture d'origine a donc été photographiée.

 

Les articles du n° du 14/01/0964 traitent du logement, des maisons, mais plutôt sous un regard type « mode ».

La couverture est composée de 3 photographies, d'un titre « How We Live » et de la description du contenu en termes très « pop » (+références au roman de Jane Austen Pride and Prejudice - Orgueil et Préjugés» pour un public lettrés), seul le terme « prejudice » (préjugés) peut faire référence à cette fin de période de lutte pour l'égalité des droits civiques.

 

D'après le contenu, deux documents font référence à l'actualité :

  1. « The gap between the dream houses of the past and the reality of today has bred dissatisfaction. »

  2. La double-page N. R

 

L'illustration de Rockwell, le sujet en soi est une cassure dans le fil du magazine, dans son contenu éditorial. La majorité des articles de ce numéros traite des maisons, des habitations : c'est un des sens de live « habiter », mais Rockwell prend l'acception de « vivre » pour live.

Que signifie le titre de l'oeuvre « The Problem We All Live With ». On peut faire varier le pronom, on a donc

  1. ce que nous acceptons, mais qui est inacceptable

  2. vision du monde par les yeux de Ruby « The Problem I Live With » : le racisme et les préjugés

  3. « The Problem They Live With » : cela concerne les noirs et pas les Blancs

Pourquoi cet événement ? On est en 1964 et l'événement s'est passé en 1960. Il y a eu le discours de MLK Jr en août 1963 et des avancées pour l'égalité des droits. Mais la lutte n'est pas finie. + période de protestation

 

Cette peinture peut s'apparenter à une peinture d'histoire dans le sens où elle relate un événement historique.

C'est une peinture figurative, à savoir qu'elle fait référence à la réalité. Elle n'est pas abstraite (qui est autour de la réalité, qui n'a pas de référence à la réalité)

 

La petite fille représente un prototype.

Norman Rockwell est un illustrateur, son œuvre est donc une œuvre narrative, qui raconte une histoire, en anglais « story illustration ».

 

Ici, l'image et son titre valent pour l'article et son titre. Le rapport au spectateur est donc un rapport horizontal et non vertical comme face à un tableau. L'image vaut pour texte car 1) horizontalité ; 2) elle raconte un événement en train de se dérouler.

 

La technique de Rockwell est celle d'un photographe si l'on se place du point de vue du cadrage.

Point de fuite

La signature de Norman Rockwell est en écriture cursive, au milieu.

L'artiste est le témoin de son temps, pousse le spectateur à agir en fonction de ses émotions. Cependant, c'est la photographie qui prime et qui sert de témoin dans les années 60 (photo de Che Guevara, de Johnson prêtant serment après l'assassinat de JFK, etc). N.R., parce qu'il est à cette époque encore l'illustrateur le plus populaire des USA, trouve sa place dans ce magazine par sa technique maintenant décallée, viellie, passée de mode.

Un texte informe et donne à réfléchir dans un magazine.

Alors qu'une image est une respiration, elle peut permettre de lire autrement, elle est provocatrice d'émotions

 

5 thèmes en peinture :

  1. peinture d'histoire et art sacré

  2. peinture mythologique et peinture allégorique

  3. portrait

  4. paysage

  5. nature morte

 

Questions :

Illustration et photographie

Illustration et allégorie

Mouvement pictural aux USA dans les années 1960 : le pop art  (1950s – Pollock « dripping »)

N.R. Est-il un artiste engagé ?

 

Illustrations « engagées »de N.R. :

  • 1963 The Problem

  • 1965 Murder in Mississippi

  • 1967 New Kids in the Neighborhood

 

 

Articles récents

Hébergé par Overblog